samedi 1 avril 2017

WEEK END D’ANNEES 1A ET 2A DU 24 AU 26 MARS 2017

Du samedi 25 au dimanche 26 mars 2017, nous avons vécu un temps de récollection que nous nommons traditionnellement « Week End d’année ».  Elle a eu lieu à l’Abbaye Notre Dame de Baumgarten sous la direction de notre responsable d’année le Père Didier Dehan. Nous bénissons le Seigneur de nous avoir permis de vivre ce temps de ressourcement spirituel et fraternel. Ce n’est qu’avec ce chant de joie et cette mélodie de fierté que nous allons vous exprimer, chers lecteurs, tout ce que nous avons pu vivre durant ces deux jours dans la demeure silencieuse des sœurs Cisterciennes d’Ergersheim.

L’homme a besoin autant de pain que de beauté où  la nature affermit et guérit le corps et l’âme. Nous avons tous été frappé par la couleur de la région, magnifique ! L’hospitalité des Sœurs cisterciennes et l’endroit nous ont convenu pour bien vivre ce temps autour du thème « vocation sacerdotale ».  Nous avons eu  la chance d’entendre le témoignage de deux prêtres diocésains alsaciens : le Père Charles Hochnedel et le Père Jauffrey Walter, respectivement prêtre en retraite avec soixante-quatre ans de sacerdoce et curé de Molseim avec neuf ans de sacerdoce. Notre directeur d’année nous a parlé du prêtre « disciple-missionnaire » dans la perspective de la nouvelle Ratio Fundamentalis promulguée le 8 décembre 2016. Comme il est beau de voir défiler sous nos yeux toutes ces générations de prêtres qui ne cessent d’œuvrer dans la vigne du Seigneur ! Nous sommes joyeux et fiers !

Le Pape Paul VI souligne : « Une Eglise qui n’évangélise pas n’a pas sa raison d’être ». La ligne de l’Eglise c’est de proposer la personne de Jésus-Christ. L’évangélisation doit être une priorité. La mission ne fait que commencer. Les PP. Hochnedel et Jauffrey nous ont apporté beaucoup de lumière à propos du sens concret que prend le message évangélique par le témoignage de ce qu’ils vivent en paroisse. Pour eux, la mission en Alsace demande beaucoup de foi, d’accueil des autres, elle demande aussi d’être capable de prendre des initiatives. Car le prêtre est là pour nourrir la foi des autres et le sens de la vie des autres.  Les deux prêtres que nous avons rencontrés nous ont invités à donner une grande place à la prière, et à nous laisser former avec le Christ.

Il en va ainsi du « disciple-missionnaire ». Le disciple est celui qui est appelé par le Seigneur à être avec lui, à le suivre et à devenir missionnaire de l’Évangile. Donc, devenir un disciple-missionnaire du Christ, c’est être à l’écoute de sa parole pour la mettre en pratique, en le suivant dans son Eglise, en demeurant longuement avec lui dans l’oraison silencieuse, la lectio divina, en partant à la découverte de l’Eglise locale, en choisissant une forte implication dans la vie communautaire, et par la fréquentation assidue de l’Eucharistie.

                                                             Nahum Guenael POULARD
                                    Séminariste de la société des prêtres de Saint-Jacques à Strasbourg





De nouveaux lecteurs institués au Grand séminaire

Le lundi 20 mars 2017, en la fête de saint Joseph, quatre de nos confrères ont été institués lecteurs au cours de l’eucharistie présidée par le chanoine Jean-Luc LIÉNARD, vicaire général de notre diocèse. Nahum, Amoce, Godefroid, Maxime ont accepté de témoigner individuellement de la grâce de pouvoir vivre ce ministère.

Nahum : « C’est avec une grande joie que j’ai accueilli ce ministère de lecteur que l’Eglise me confie. J’ai été frappé par la solennité du rituel de l’institution et par le fait que je m’engageais pleinement au service du peuple de Dieu à travers ce ministère. Toute cette liturgie m’a permis de prendre conscience que je franchissais une étape de maturation vers le sacerdoce ».

Amoce : « Je suis très heureux d’être devenu lecteur. A travers ce ministère, j’approfondis ma relation à la Parole de Dieu. C’était d’ailleurs, pour  la première fois que je participais  à une institution à un ministère, et c’était la mienne.  Cette institution m’a fait prendre  conscience  davantage de la joie qu’il y a à transmettre fidèlement la Parole de Dieu à mes frères et sœurs ».

Godefroid : « Le rituel de l’institution au lectorat m’a ému. J’ai conscience que c’est un premier pas pour moi vers le sacerdoce. Après deux années au séminaire, j’aperçois mieux l’importance de la Parole de Dieu dans ma vie. Et maintenant que je suis institué lecteur, je désire annoncer la Parole de Dieu, particulièrement dans mon milieu d’insertion à la pastorale des sourds et malentendants.

Maxime : « Le moment de mon institution comme lecteur a été marquant pour moi et mes proches qui étaient venus s’y associer. J’ai ainsi vécu une première étape dans ma marche vers le sacerdoce. J’ai été saisi par le moment où le célébrant m’a remis le lectionnaire. J’ai senti la confiance que l’Eglise m’accordait pour annoncer cette Parole. L’institution à ce ministère m’a confirmé dans le chemin déjà commencé à la suite du Christ !


                                               Propos recueillis par Jean Paul AKA-BROU (5ème année)


mercredi 1 mars 2017


Sœur Raphaëlla, 11 ans au service de notre séminaire

Dans l’existence, il nous arrive souvent de découvrir que la vie n’est pas uniquement les soucis quotidiens, les empressements de chaque jour, les vicissitudes du temps, et les bouleversements de tout genre. Nous percevons son origine en Dieu lui-même, source de toute vie. Cela fait s’étant ses créatures, nous ne cesserons jamais de célébrer la vie. Elle est un cadeau, un don gratuit que nous devrions accueillir et vivre avec tant de joie et de reconnaissance. L’évocation de ces deux termes, « joie » et reconnaissance », vient-elle chez nous d’un constat en ce sens ?

Sœur Raphaëlla  (à gauche )

Joie et reconnaissance, c’est ce que nous avons vécu en marquant les 11 années de présence, de  disponibilité et de bénévolat de Sœur Raphaëlla à l’accueil du Grand Séminaire Sainte Marie Majeure de Strasbourg. Un dîner de fête chaleureux et convivial a été préparé en son honneur, en présence de notre supérieur le Révérend Père Jean-Claude Reichert et de nos principaux directeurs d’année. Nous voulions exprimer à sœur Raphaëlla notre profonde gratitude.  Merci et Bravo. Merci et Bravo. Nous avons aussi été heureux de recueillir son témoignage. «  Je prie toujours pour l’Eglise du Christ ainsi que ses prêtres et les séminaristes en formation », nous a-t-elle dit.  Sa dévotion, son sourire, sa disponibilité, son cœur de mère, voilà ce qu’elle a pu semer durant son passage au séminaire.

« Un grand champ à moissonner, une vigne à vendanger, Dieu appelle maintenant pour sa récolte. » Sœur Raphaëlla part pour une autre mission. Elle va vendanger dans les vignes du Seigneur à Lourdes. Elle accueille son nouveau champ d’apostolat avec joie et puisque la reconnaissance est la mémoire du cœur, nous lui exprimons encore notre profonde gratitude. « Va plus loin, car la route est à peine commencée ».


Nahum Guenaël POULARD, séminariste de la Société des prêtres de Saint-Jacques à Strasbourg.